منتديات محمد بوزاهر - خنشلة -
منتديات ثانوية الشهيد محمد بوزاهر
عزيزي الزائر / عزيزتي الزائرة يرجي التكرم بتسجبل الدخول اذا كنت عضو معنا
او التسجيل ان لم تكن عضو وترغب في الانضمام الينا
سنتشرف بتسجيلك

منتديات محمد بوزاهر - خنشلة -

منتدى يرحب بكم في كل وقت من ان نفيد و نستفيد
 
الرئيسيةsalut toutاليوميةس .و .جالمجموعاتالتسجيلدخول
إعلان تم معاقبة العضو sami28 وذلك لسبب استعماله الفاظ مخلة للاداب العامة وذلك بحرمانه من استعمال المنتدى لمدة 3 اشهر

شاطر | 
 

 composition

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
benabbes
المدير


عدد المساهمات : 1573
تاريخ التسجيل : 18/05/2009
العمر : 25
الموقع : http://lyceekhenchela.ahlamontada.com

مُساهمةموضوع: composition   الجمعة يونيو 18, 2010 12:28 pm

Texte : LE NEZ p169

Ce texte présente la situation initiale de la nouvelle intitulée Le Nez. Il illustre une caractéristique du récit fantastique.

Le 25 mars, un événement tout à fait étrange s’est produit à Saint-Pé­tersbourg. Le barbier Ivan Iakovlévitch, demeurant avenue Voznessenski (le souvenir de son nom de famille est perdu et son enseigne même ne porte rien de plus que la tête d’un monsieur au visage barbouillé de savon et l’inscrip­tion : Ici on pratique aussi la saignée), le coiffeur Ivan Iakovlévitch s’éveilla d’assez bonne humeur et sentit l’odeur du pain chaud. Se soulevant à demi sur son lit, il vit que son épouse, une dame assez respectable et qui appréciait beaucoup le café, retirait des pains du four.
-Aujourd’hui, Prascovia Ossipovna, je ne prendrai pas de café, dit Ivan Iakovlévitch ; je mangerai plutôt du pain chaud et de l’oignon (Ivan Iakovlé­vitch se serait volontiers régalé de café et de pain frais, mais il savait qu’il était inutile de demander deux choses à la fois : Prascovia Ossipovna n’ad­mettait pas ces fantaisies).
« Il n’a qu’à manger du pain, l’imbécile ! Songea la dame ; tant mieux pour moi : il me restera plus de café ».
Et elle lança un pain sur la table.
Soucieux des convenances, Ivan Iakovlévitch enfila son habit pardes­sus sa chemise et s’étant installé à table, il éplucha deux oignons, les saupou­dra de sel, prit en main son couteau et, la mine solennelle, se mit en devoir de couper le pain. L’ayant partagé en deux, il aperçut à son grand étonnement une masse blanchâtre dans la mie ; il piqua la chose avec précaution du bout de son couteau, puis la tâta du doigt :
« C’est dur, se dit-il ; qu’est-ce que cela pourrait bien être ? »
Il plongea ses doigts dans la mie et en retira….un nez ! Les bras lui en tombèrent. Il se frotta les yeux et palpa l’objet : oui, c’était bien un nez. Et de plus, un nez qu’il lui semblait connaître. La terreur se peignit sur le visage
D’Ivan Iakovlévitch. Mais cette terreur n’était rien auprès de la colère qui s’empara de son épouse.
- Où as-tu coupé ce nez, animal ? s’écria-t-elle furieuse. Canaille ! Ivrogne ! Je vais te livrer à la police, brigand ! J’ai déjà entendu trois clients se plaindre que tu tirais tellement sur leur nez en leur faisant la barbe que tu as failli le leur arracher.
Cependant Ivan Iakovlévitch était plus mort que vif : il avait reconnu ce nez, qui n’était autre que le nez de l’assesseur de collège Kovaliov qu’il rasait chaque mercredi et chaque dimanche.

N. Gogol, le Nez (1835),


Trad. Française, Ed. Flammarion, coll. « GF Junior », 1995.

Important à savoir :
Un début réaliste.

La situation initiale du récit fantastique commence par évoquer une réalité quotidienne et familière. Ce procédé rassure le lecteur pour mieux le perturber. Le personnage lui-même est un être banal, sans qualités exceptionnelles, contrairement aux héros des contes et des romans d’aventures. Dans ce cadre réaliste, un phénomène surprenant peut être perçu comme susceptible de recevoir une explication rationnelle, à la différence du phénomène fantastique qui n’est jamais élucidé. Dans le conte, le merveilleux ne cause pas de perturbation : il est accepté comme allant de soi.

Les questions :



QUESTIONS POSSIBLES


REPONSES EVENTUELLES.

- Après votre première lecture du texte, quel est point de vue narratif (climat, genre) qui se dégage au début du texte ?

- Un profil réaliste.

- Quels sont les éléments qui le montrent ?
- Les circonstants : date, lieu, les personnages, les noms et les rôles. En somme une situation quotidienne banale.
- Justement qu’est-ce qui fait la banalité de la situation initiale ?
- Un coiffeur vivant avec sa femme, qui se lève le matin et prend son petit déjeuner.
- Par rapport à un récit fictif, les personnages de ce récit ont-ils quelque chose d’exceptionnel ?
- Non, ils sont des gens « normaux », comme tout le monde.
- Quel est le registre de langue dominant ?
- Courant et familier.
- Avant de parler de la découverte du nez, quelle est la situation créée par le narrateur ?
- Une situation de tension et d’interrogation.

- Quels sont les éléments qui le montrent ?

- Il aperçut, à son grand étonnement, une masse blanchâtre, la chose, avec précaution, (prudence, on connaît pas cet objet) tâta du doigt, c’est dur, interrogation : « Qu’est-ce que ça pourrait être ? »
- Et au niveau des temps des verbes ?
- Quelles sont leurs valeurs ?
- Emploi du conditionnel= l’incertitude.
Le passé simple : faits successifs/ accomplis
- Quelle en est la conséquence sur le rythme du récit ?
- Intrusion d’un fait étrange dans une situation réaliste.
- Relevez les termes et expressions qui dénotent la grande surprise d’Ivan.
- Les bras lui en tombèrent.
- Il se frotta les yeux.
- Palpa l’objet.
- C’est bien un nez !
- Cela signifie qu’il ne rêvait pas, c’est bel et bien un nez !
- A quel moment a-t-il été terrifié ?
- Lorsqu’il lui sembla connaître le propriétaire du nez. « Il était plus mort que vif »

- A cet instant crucial, quelle a été la réaction de son épouse ?

- Elle se mit en colère.
- Elle menace son mari de le dénoncer pour un acte
qu’il aurait commis, de plus, il avait des
antécédents.
- Etait-elle perturbée par cette situation insolite ? Pourquoi ?
- Non ! Parce qu’elle avait déjà entendu trois clients se plaindre de son mari.

- Quel rôle joue l’articulateur

CEPENDANT ?
C’est l’entraînement d’une situation surprenante hors de la norme connue,
inhabituelle, irrationnelle. (le nez dans le pain)
dans une situation réaliste, vraie- il reconnut que c’était de nez du client KOVALIOV.


Expression écrite :

Imaginez deux suites possibles à ce récit, l’une proposera une explication rationnelle de cet événement, l’autre une explication surnaturelle

_________________


 


أنا لا أبدل أحزان قلبي بأفراح الناس ، ولا أحب ...أن تنقلب الدموع التي تسردها الكآبة من جوارحي فرحاً وضحكاً
أتمنى أن تبقى حياتي دمعة وإبتسامة...دمعة تطهر قلبي وتفهمني أسرار الحياة وغوامضها ،وإبتسامة تساعدني لأواجه مصاعب الحياة ومشاكلها وتكون رمزاً لسعادتي


دمعة أشارك بها من يستحق قلبي.وإبتسامة تكون عنوان فرحي بوجودي

أريد أن أموت شوقاً ولا أحيا مللاً... أريد أن تكون في أعماق قلبي مجاعه للحب والجمال
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://lyceekhenchela.ahlamontada.com
 
composition
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات محمد بوزاهر - خنشلة - :: التعليم الثانوي :: السنة الثالثة ثانوي :: لغـــة فرنسيـــة-
انتقل الى: